Qualité & sécurité des soins

Nos engagements sur la qualité et la sécurité des soins

La politique qualité et sécurité est un engagement fort de la direction et de l’ensemble des professionnels de la clinique de la Marche, depuis de nombreuses années.

La mise en œuvre de ce système de gestion de la qualité a notamment pour objectif de vous assurer des soins de qualité et pertinents. Notre engagement assure ainsi :

  • L’écoute et la prise en compte de vos exigences
  • La sécurisation de votre prise en soin
  • L’innovation des pratiques médicales.

La certification est une procédure d’évaluation externe à l’établissement de soins, conduite par la haute autorité de santé (HAS), indépendante de l’établissement ou des organismes de tutelles. Elle évalue l’ensemble du fonctionnement et des pratiques pour assurer la sécurité et la qualité des soins que nous vous devons. Les indicateurs qualité annuels exigés par le ministère de la Santé sont disponibles et consultables à l’entrée de l’établissement. Ils sont régulièrement mis à jour et traduisent les engagements que chaque professionnel met en œuvre au quotidien pour votre sécurité et votre prise en charge.

La clinique de la Marche est certifiée en niveau B depuis 2016 par la Haute Autorité de Santé (autorité publique indépendante à caractère scientifique).

Comment se préoccupe-t-on de votre douleur ?

La loi du 4 Mars 2002 reconnait le soulagement de la douleur comme un droit fondamental de toute personne : « …Toute personne a, compte tenu de son état de santé et de l’urgence des interventions que celui-ci requiert, le droit de recevoir, sur l’ensemble du territoire, les traitements et les soins les plus appropriés et de bénéficier des thérapeutiques dont l’efficacité est reconnue et qui garantissent la meilleure sécurité sanitaire et le meilleur apaisement possible de la souffrance au regard des connaissances médicales avérées. Toute personne a le droit d’avoir une fin de vie digne et accompagnée du meilleur apaisement possible de la souffrance. Les professionnels de santé mettent en œuvre tous les moyens à leur disposition pour que ce droit soit respecté » Article L.1110-5 du code de la santé publique.

La prise en charge de la douleur est une priorité de notre établissement. N’hésitez pas à exprimer votre douleur. En l’évoquant vous aiderez les médecins à mieux vous soulager. Le CLUD (Comité de LUtte contre la Douleur) veille à la mise en œuvre du programme national de lutte contre la douleur et a pour mission d’aider à la définition d’une politique de soins cohérente en matière de prise en charge de la douleur ainsi qu’à la promotion et à la mise en œuvre d’actions préventives et curatives dans ce domaine. Le CLUD coordonne également les actions des praticiens et des équipes soignantes.

Lutter conte la douleur – Notre engagement

La douleur n’est pas une fatalité, elle se prévient, se traite et se soulage.

► RECONNAITRE LA DOULEUR

Il existe plusieurs types de douleur :

  • Les douleurs aigües (post-chirurgie, traumatisme..) : leur cause doit être recherchée et elles doivent être traitées.
  • Les douleurs provoquées par certains soins ou examens (pansement, pose de sonde, de perfusion…). Ces douleurs peuvent être prévenues.
  • Les douleurs chroniques (migraine, lombalgie…) : ce sont des douleurs persistantes dont la cause est connue et qui représentent une pathologie en soi. Il faut donc surtout traiter la douleur et tout ce qui la favorise.

► PRÉVENIR ET SOULAGER VOTRE DOULEUR

Nous allons vous aider en répondant à vos questions, en vous expliquant les soins que nous allons faire et leur déroulement.

Les moyens dans la prise en charge de votre douleur :

  • C’est une évaluation régulière, au cours de votre séjour, de votre douleur pour pouvoir la traiter : Nous allons noter l’intensité de la douleur dans votre dossier patient et utiliser les moyens les mieux adaptés à votre situation pour la prévenir et la soulager (antalgiques, méthode non médicamenteuse…).
  • C’est une palette de traitements antalgiques, sous diverses formes et voies d’administration appropriés
  • C’est des informations sur la prise des médicaments antidouleur pour éviter que la douleur ne s’installe
  • C’est expliquer afin de dédramatiser et supprimer le facteur anxiogène qui peut parfois potentialiser votre douleur
  • C’est des informations sur la prise des médicaments antidouleur pour éviter que la douleur ne s’installe, éviter les surdosages

► ÉVALUER VOTRE DOULEUR

L’évaluation de la douleur, c’est d’abord vous, car tout le monde ne réagit pas de la même manière. Il est possible de mesurer l’intensité de la douleur. Pour mesurer l’intensité de la douleur, plusieurs échelles sont à notre disposition. Il faut utiliser celle qui vous convient.

Cette mesure, qui doit être répétée, permet d’adapter au mieux votre traitement antalgique.

La traçabilité de l’évaluation de la douleur, c’est-à-dire l’enregistrement de cette évaluation dans votre dossier patient, fait partie des indicateurs de qualité de votre prise en charge dans établissement de santé.

PCD Indicateur Evaluation et prise en charge de la douleur 93% Niveau A

Consulter nos résultats ► ICI :

Des enquêtes sur la prise en charge de votre douleur sont menées régulièrement au sein de la clinique. Cette notion est également prise en compte dans le questionnaire de sortie.

Comment sont pris en charge les problèmes liés à l’alimentation et à la nutrition ?

La Commission Restauration a une première mission de conseil afin d’améliorer la prise en charge nutritionnelle des patients ainsi que la qualité de l’ensemble de la prestation alimentation /nutrition. Elle impulse des actions adaptées aux besoins de l’établissement afin de résoudre les problèmes concernant l’alimentation et la nutrition.

Comment la clinique lutte-t-elle contre les infections associées aux soins ?

Au sein de l’établissement,  le CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) organise et coordonne la politique de surveillance et la prévention des infections associées aux soins. Cette politique est déclinée en programme annuel d’actions en lien avec le COrdonnateur de la Gestion des Risques Associés aux Soins (CoGRAS).

Le CLIN est assisté sur le terrain par une équipe opérationnelle d’hygiène composée de personnel spécialisé dans ce domaine.

Le programme annuel d’actions s’articule autour des objectifs prioritaires suivants :

  • La prévention
  • La surveillance
  • La formation et l’information
  • Et l’évaluation

Si votre état de santé nécessite des précautions particulières pour vous et vos visiteurs, il est important de les respecter. Ainsi, vous verrez dans les couloirs et dans les chambres des distributeurs de solutions désinfectantes pour les mains que nous vous conseillons d’utiliser.

La prévention des infections associées aux soins est l’affaire de tous : soignant et non-soignant, patient et visiteur.

ICSHA Indicateur de consommation des solutions hydro-alcoolique 51% Niveau C

Consulter nos résultats ► ICI

Comment est assurée la sécurité relative à la prise en charge médicamenteuse ?

Si vous avez apporté vos médicaments personnels à la Clinique, il vous sera demandé de les confier le temps de votre séjour au personnel soignant du service. Ils seront isolés à votre nom et vous seront restitués lors de votre sortie.

Pour des raisons de sécurité, vous n’êtes pas autorisé(e) à conserver des médicaments dans votre chambre et/ou à prendre un médicament sans l’autorisation formelle du médecin référent de votre séjour ou du médecin anesthésiste. Pensez à rapporter vos ordonnances.

Pendant votre hospitalisation, le médecin adapte votre traitement à votre état de santé. Votre traitement peut être maintenu, modifié ou arrêté : pendant votre séjour, le nombre, la forme, la présentation des médicaments que l’on vous donne peuvent être différents de votre traitement habituel ainsi que l’horaire de prise. Tous les médicaments sont fournis par la pharmacie de l’établissement et donnés par l’infirmière au cours de l’hospitalisation.

Exceptionnellement, si la pharmacie de l’établissement ne dispose pas des traitements que vous prenez habituellement, vos médicaments personnels pourront être utilisés le temps que la pharmacie de l’établissement les commande.

Il est important d’éviter tout risque d’erreur ou de mélange entre votre traitement habituel et ceux prescrits par les médecins de la clinique.

Il existe au sein de la clinique de la Marche une commission du médicament et des dispositifs médicaux stériles (COMEDIMS), qui est une instance médico-pharmaceutique qui a pour mission:

  • De définir la politique d’amélioration de la qualité de la prise en charge des médicaments et des dispositifs médicaux. Elle fait partie intégrante de la politique d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Dans ce cadre, elle définit les orientations de la politique du médicament et les axes d’amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse. Elle se décline en un programme d’actions qui contribue au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient tel que défini par l’arrêté du 6 Avril 2011.
  • D’élaborer la liste des médicaments et dispositifs médicaux stériles à l’intérieur de l’établissement
  • De définir et diffuser les recommandations en matière de prescriptions et de bon usage
  • D’évaluer les pratiques
  • De proposer des formations pour les différents professionnels

Comment sont prises en charge les questions relatives à la transfusion ?

Si votre état de santé le nécessite, une transfusion pourra vous être prescrite avec votre accord. L’activité transfusionnelle est encadrée par le Comité de Sécurité Transfusionnelle et d’Hémovigilance (CSTH). Le CSTH est compétent pour les questions relatives à la sécurité transfusionnelle et à l’hémovigilance. A ce titre, il a pour missions :

  • De contribuer, par ses études et ses propositions, à l’amélioration de la sécurité des patients qui sont transfusés dans l’établissement
  • De veiller à la mise en œuvre des règles et procédures d’hémovigilance. Il est notamment chargé de la coordination des actions d’hémovigilance entreprises au sein de la Polyclinique.

Que se passe-t-il en cas de survenue d’un événement indésirable ?

Notre établissement met en œuvre tous les moyens pour anticiper les risques et en réduire les conséquences. Pour nous aider, comme l’ensemble des professionnels de la clinique, vous avez la possibilité de déclarer vous aussi pendant votre séjour tout évènement indésirable soit en sollicitant le cadre de santé, soit sur papier libre à déposer à l’accueil. Nous nous engageons à vous tenir informé dans les meilleurs délais des actions d’amélioration, éventuellement mises en place.

Comment sont pris en compte les dommages liés aux soins ?

Un dommage est la conséquence d’un évènement indésirable dont l’origine peut être diverse : complication liée à la pathologie du patient, aléa thérapeutique, dysfonctionnement ou erreur. Selon les cas, le dommage peut avoir des répercussions physiques, psychologiques voire sociales et matérielles.

Annoncer un dommage consiste donc à prendre en considération le patient et à reconnaitre sa souffrance, ce qui contribue à le soulager, à l’apaiser et par voie de conséquence à apaiser une relation soignant/patient parfois mise à mal. L’annonce d’un dommage associé aux soins consiste avant tout à établir un espace de dialogue entre soignant et patient visant à maintenir ou restaurer une véritable relation de confiance.

Elle s’inscrit dans une démarche d’amélioration des pratiques professionnelles et contribue au développement d’une culture de sécurité des soins. L’annonce d’un dommage s’inscrit dans une démarche de gestion des risques qui comprend : le signalement des évènements indésirables, la recherche des causes, la mise en œuvre d’actions correctives et la réalisation du suivi des actions correctives.

L’annonce d’un dommage constitue une étape indispensable dans la relation soignant/patient et permet d’apporter une réponse aux attentes exprimées auprès du cadre de santé ou du médecin.

Cette démarche s’inscrit dans une obligation éthique et légale mais vise essentiellement à améliorer la qualité et la sécurité des soins et contribue à vous rendre acteurs de votre santé.

Comment la clinique de la Marche s’engage en faveur de la bientraitance ?

Notre établissement est organisé en interne pour prendre en charge tout acte de malveillance physique et/ou moral pratiqué sur vous par votre entourage (famille, professionnels de santé). Si vous avez été victime de tels actes, vous pouvez contacter le responsable de soins du service dans lequel vous êtes hospitalisé(e).

L’éthique

La clinique de la Marche s’engage à garder une discrétion absolue durant la durée de votre hospitalisation. Le personnel de la clinique de la Marche est en effet soumis au secret médical conformément à l’article 226-13 du code pénal. D’autre part, la clinique de la Marche et l’ensemble de ses collaborateurs veillent à observer à l’égard des hospitalisés et de leur entourage, la plus grande discrétion en préservant leur vie privée conformément au droit national et à l’article 8 de la convention européenne des droits de l’homme.

Comment la clinique de la Marche s’engage en faveur du développement durable.

La clinique de la Marche est engagée dans une démarche développement durable depuis 2011. C’est parce que les missions des professionnels obligent à une plus grande responsabilité et à une certaine exemplarité, que la clinique a le devoir de s’engager dans cette politique de développement durable. Le projet d’établissement décline les actions menées afin d’accroitre cette culture, des actions qui font de la clinique un acteur responsable vis-à-vis de notre poids économique mais aussi de son potentiel éducationnel au regard des milliers d’hommes et de femmes qui transitent chaque année par notre structure.

Les objectifs de notre politique sont les suivants :

  • Contribuer à la préservation de l’environnement et des ressources naturelles,
  • Veiller à la qualité de vie au travail,
  • Construire une performance médico-économique pérenne.